Archives

 

Du 13 septembre au 30 novembre 20144

les mercredi, vendredi, samedi et dimanche de 14 à 18h

Fernand Léger, mémoires et couleurs contemporaines

image FL pour site

 

Alors que la ville de Bastogne s’apprête à commémorer le septantième anniversaire de la Bataille des Ardennes, il nous a semblé important de nous associer à ce travail de mémoire, en remettant en valeur la crypte du Mardasson et ses trois magnifiques mosaïques de Fernand Léger. Il s’agit d’un ensemble artistique exceptionnel, réalisé du vivant de l’artiste, le seul en Belgique et un des rares en Europe. Il est cependant méconnu par la majorité du public et même des amateurs d’art. Sa revalorisation vient combler un vide et inscrire Bastogne sur la carte d’un patrimoine artistique européen à découvrir.

L'Orangerie, huit artistes contemporains ont été invités à entamer un dialogue en relation avec le triptyque de Fernand Léger. Autour de la double thématique de la mémoire et de la couleur, on y rencontrera des pratiques aussi variées que la peinture, la sculpture, la photographie et l'installation. Bernard Marcelis, commissaire.

Renaud Auguste-Dormeuil et sa série d'images "A Day Before" ou la Voie lactée enregistrée à la veille des grands conflits,

Pascal Convert et sa sculpture "Souche de Verdun vitrifiée",

Emilio Lopez-Menchero, pour une évocation de la figure de Fernand Léger au travers de l'autoportrait,

Didier Mencoboni, avec une projet conçu pour l'Orangerie,

Bart Michiels, avec ses photos actuelles des sites de champs de Bataille, dont Bastogne,

Claude Rutault, avec ses peintures monochromes délimitant un nouvel espace pictural,

Cédric Teisseire, avec ses Points d'impact, peintures recto -verso sur des plaques de métal,

Angel Vergara, avec ses peintures sur verre à base d'archive.

 

Vue de lexposition1Vue de lexposition2Vue de lexposition3Vue de lexposition4

danino_nouv1919

Pulp(e)

The soft fleshy part of a fruit.
His face had been beaten to a pulp.

La partie charnue douce d'un fruit.
Son visage avait été battu en marmelade.
Oxford dictionary

Dany Danino du 19 avril au 25 mai 2014

Durant plusieurs siècles le dessin, en tant qu’oeuvre d’art, sera jugé secondaire. Il était l’étape préparatoire permettant de fixer l’idée initiale de l’artiste, il était l’ébauche d’une future composition ou de l’une de ses parties. On les appelait des « feuilles ». Le temps ayant fait son oeuvre, elles ont acquis une valeur intrinsèque incontestable. Aujourd’hui, cette évaluation étant approbative, Dany Danino nous le confirme en actant pour nous sa pulsion exigeante et définitive d’oeuvre d’art total. Son utilisation du Bic bleu ou stylo à bille Bic, un peu à la manière du « dripping » de Jackson Pollock, emplit la surface entière de la feuille qu’il surdessine d’un dessin gestuel exemplaire, de circonvolutions noueuses, d’entrelacs où les éléments narratifs s’entremêlent de visions hallucinogènes. Il localise, il énumère, il additionne. En témoigne l’un de ses derniers dessins au langage et à l’audace inusitée le crâne est mon boulet, oeuvre monumentale de plus de cinq mètres de haut et deux mètres de large subjuguant tant par sa liberté initiale que par sa virulence fébrile et sa virtuosité graphique.

L’écriture de son dessin est descriptive, analysante, serrée et alerte ; comme si elle visait, dirait Artaud, le battement artériel des choses. Il y accède grâce à la formule secrète de son oeil ; la démesure, l’excès et la puissance. Son être de déraison rejoignant son désir et la figure de son objet. D’autre part, sa connaissance des maîtres anciens l’instruit d’une qualité mémorielle qui l’anime en permanence d’un esprit résolument critique face à ce qu’il crée. Il m’a parlé de son respect pour Ensor, Rops et Masereel. Et de l’oeuvre à l’homme ou de l’homme à l’oeuvre Dany Danino sait de quoi il parle et sait de quoi il dessine lorsqu’il fréquente ses fondements initiaux et qu’il en émerge pour nous rallier à son imaginaire et nous enchanter de ses « feuilles ».

Jean-Marie Stroobants, July 2012, Curator et director of the Office d’Art Contemporain

Dans le cadre de Ah... l'amour!

Du 15 février au 30 mars 2014, les mercredi, vendredi, samedi et dimanche de 14 à 18h et sur RV.


Dominique Thirion

Le musicien Jef Mercelis et l’artiste pluridisciplinaire Dominique Thirion performeront dans la rotonde  Intimement vôtre, mon impossible amour pendant laquelle écriture et musique se répondront.

A l’opposé de la rotonde, Aurélien Merceron présentera son film sur le performance dansée de Dominique Thirion : Laisse-moi te venir.

Entre les deux, sur un mur central (trait d’union entre l’espace de performance et l’espace de projection vidéo) l’artiste exposera des peintures et des dessins où l’absence côtoiera le désir.

http://www.hanstheys.be/artists/dominique_thirion/

tu_moublies_1

La danse comme invention de l’amour, la danse aussi pour oublier l’absence : nous allons danser le DESIR.

Dominique Thirion souhaite partager avec le public une performance dans laquelle le désir, dans sa complexité et ses contradictions, s’exprime par la danse, par des images/tableaux, par du texte chanté ou lu, par des présences et par des actions avec le public.
Laisse-moi te venir s’inspire de ces danses que chacun pratique dans la vie, chez soi ou dans des fêtes. Ces danses sont inspirées par l’instant et laissent libre cours à l’improvisation. Elles sont aussi le temps des rencontres amoureuses, portées par les mouvements des corps. Laisse-moi te venir questionne le désir : Comment celui-ci s’exprime-t-il lorsque la danse, où les pas et les mouvements sont conduits et maîtrisés, invite les corps à s’abandonner?
En tant que plasticienne, Dominique Thirion cherche à parler de l’amour, en faisant fi des mots, et en laissant le champ ouvert le plus possible aux corps, aux gestes, aux mouvements, à la chorégraphie des sentiments, à l’émotion de l’être. Elle cherche l’écriture la plus simple des gestes d’amour. Ecriture qui se situe à la frontière des gestes de la vie quotidienne et des gestes chorégraphiés. Elle cherche dans le corporel ce qu’est à la littérature le journal intime.

IMG_0235.02  IMG_0236.02  IMG_0237

IMG_0239.02


«Nicolas Aiello mène une réflexion sur la question du lien conceptuel entre texte et image jusqu’à créer des formes visuelles constituant des écritures non lisibles donc parfaitement regardables. Ces images-textes jouent sur des associations plus inconscientes, plus communes, déjouent la culture privée de la lecture et mettent en lumière la culture publique voire urbaine de l’image : question fondamentale posée par les formes télévisuelles.» Texte de Sylvie Boulanger (directrice du CNEAI) à propos du dessin animé Neige, revue Multitudes hors série Art TV Clash, octobre 2010.

Vues de l'expo: 

Neige  IMG_5437  IMG_5439  IMG_5447 IMG_5442  IMG_5452  IMG_5453

 

L'Orangerie du 26 octobre 2013 au 23 décembre 2013 
WCC-BF du 14 février au 6 avril 2014.


Fruit d’une collaboration étroite entre L’Orangerie, espace d’art contemporain à Bastogne et leWCC-BF (World Crafts Council-Belgique francophone) à Mons, cette expositions rassemble et présente les coups de coeur des équipes de ces deux opérateurs pour un intérieur cosy.

cosy_montage
Les auteurs:

Caroline Andrin, Marina Bautier, Adelyne Beaudry, Alain Berteau, Michaël Bihain, Marian Bijlenga (NL), Gitte Bjørn (DK), Atelier Blink, Nicolas Bovesse, Raphaël Charles, Chevalier-Masson, Jean-François D’Or, Siegfried De Buck, Nicolas Destino, Damien Gernay, Evelyne Gilmont, Anne Goy, Maria Fernanda Guzman (AR), Françoise Hottois, Stéphanie Jacques, Aino Kajaniemi (FI), Vincent Kempenaers, Michel Leonardi, Xavier Lust, Hugo Meert, Henriette Michaux, Coralie Miessen, Gauthier Poulain, Frédéric Richard, Jean-Pol Urbain, Roos Van de Velde, Fabienne Withofs




 

Page 3 sur 6
Secured by Siteground Web Hosting