Archives


carton_carte_blanche20132 Du 16 mars au 14 avril, les mercredi, vendredi, samedi et dimanche de 14 à 18h.

Carte blanche à Jean-Pierre Doumont, lavis, Camille Thill, installation et vidéos et Dominique Thomas, bijoux et sculptures


En mars, L'Orangerie propose, chaque début de saison, une carte blanche à de jeunes artistes issus des différentes académies et écoles d'art de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Cette carte blanche leur donne la possibilité de montrer leur travail dans de bonnes conditions d'exposition et de professionnalisme dans un lieu référencé de l'art contemporain de la FWB.

Cette carte blanche est donnée, cette année, aux 3 jeunes diplômés finalistes de l'Académie des Beaux-Arts d'Arlon en juin 2012. Chacun d'eux a suivi durant plusieurs années les cours dans les différents ateliers de l'Académie et complété ainsi sa formation .

 
Too cold, too sensitive  à partir du 16 février.

Image_5

Too cold, too sensitive

DU 16 FEVRIER AU 10 MARS 2013

Ah...L'amour!  est l'exposition récurrente qui ouvre la saison de l'Orangerie.

Cette édition 2013 rassemble des oeuvres réalisées pour l'occasion par des étudiants du 3ème degré option art de l'INDSé Bastogne durant un workshop à l'Orangerie sous la supervision de Pascal Bernier.

Honorine Devoldere, Lorelei Dhooghe, Stéphane Lambert, Cassandre Muller et Adeline Radoux 

Avec la participation de Marianne Ponlot.

Un artiste à l'école avec Pascal Bernier est une première expérience menée par l'Orangerie dans un établissement scolaire.
En collaboration avec les professeurs de l’INDSé 3éme degré option art: Nadine Martin et Shirley Farnir

 

Image     Image_2

                           IMG_3890
L'exposition est accessible les mercredi, vendredi, samedi, dimanche de 14 à 18 heures et sur rendez-vous.
Entrée libre. 

 

illustration_bastogne_2 
PROLONGATION JUSQU'AU 8 DECEMBRE

Mais que cherchent-ils !,...

Toute collection exige une formation. Se faire l’œil demande du travail et prend du temps. Il faut aller voir les expositions, lire, s’informer.  Anne Martin-Fugier, Collectionneurs, Actes sud, 2012

 Etre intéressé par l'art contemporain n'est pas une évidence. Collectionner l'est encore moins, cela demande un investissement personnel, intellectuel et sensitif.

A partir de la notion d’objets d’art mais aussi des objets quotidiens, usuels et esthétiques ou d’objets consommables détournés,  l’Orangerie, espace d’art contemporain de Bastogne, propose une réflexion sur la notion de collection.

L’exposition « Mais que cherchent-ils !… » présente des parcours d'amateurs d’art et d’artistes - des rencontres signifiantes – des pièces choisies parmi des collections particulières .

Michel Clerbois (commissaire de l’expo) a choisi des collectionneurs qui sont des personnes à la fois ordinaires et singulières - ne possédant pas forcément de moyens financiers exceptionnels, ni des connaissances artistiques encyclopédiques mais qui sont passionnées et qui établissent dans la relation à l’art, à l’esthétique, une  philosophie de vie .

Anne Buckingham privilégie les rapports d’amitié et de connivence avec les artistes, elle a aussi une vision hétéroclite et ouverte à diverses réflexions contemporaines. ( Fernando Alvim, John Beech, Gast Bouschet, Mariusz Kruk, Eric Stenmans ).

Serge Parternoster craque pour une esthétique allant du surréalisme à Dialogist Kantor en passant  par Fluxus. A l’Orangerie sont présentés deux séries d’œuvres d’une même famille artistique : l’une, d’œuvres de  Marcel Marien, le maître historique du surréalisme belge et de l’autre, des assemblages poêtiques d’images et d’objets de Marcel Vandeweyer, qui en sont un prolongement  actuel.

Etienne Rousseau se consacre, quant à lui,  au patrimoine design industriel des années d’après guerre, il est fasciné par ces objets fusionnant  l’épure esthétique et la réflexion fonctionnelle.

Jean Glibert et Félix D’Haeseleer (passionnés de couleurs et anciens professeurs  de La Cambre) proposent  l’installation« COULEURS », quelques objets sélectionnés dans la collection de Jean Glibert et un choix de livres sur la couleur, d’échantillons, de nuanciers, empruntés de la bibliothèque de la Cambre par Félix D’Haeseleer, qu’ils accompagnent de commentaires et de dialogues sur le sujet.

Jacques André est un artiste compulsif, il fait des achats à répétition, des tentatives d’épuisement, de livres, de disques, d’objets, ….Collectés par série, ceux-ci s’intègrent dans une réflexion conceptuelle sur la place de l’objet dans la société de consommation. Sa démarche ne présente pas de savoir faire particulier, elle est à la portée de tous, mais le développement intellectuel et les rapports qu’il crée entre les objets et leurs valeurs, lui sont tout à fait singuliers.

L’exposition « Mais que cherchent-ils !… » dresse un panel de visions et de conceptions diverses, qui interrogent le visiteur sur le rapport que celui-ci, établit à l’objet en général et à l’œuvre d’art en particulier. Elle lui montre que l’art est à la portée de tous ceux qui le désirent.

Michel Clerbois

Commissaire de l’exposition

P1000017   
UNDER PRESSURE du 8 septembre au 14 octobre 2012

La démarche de Djos Janssens a évolué principalement vers des pièces tridimensionnelles, vers des créations d’environnements sonores et visuels, des interventions in situ tenant compte de l’architecture et du contexte des lieux investis, des réalisations publiques éphémères dans le site urbain. Cette pratique et cette réflexion montrent l’actualité de la démarche.

Deux constantes apparaissent dans ce travail dont j’ai fréquemment souligné les qualités esthétiques et conceptuelles, d’une part le traitement de la couleur et partant de celui de la lumière, de l’autre la participation de phrases polysémiques.

De la relation entre les deux données, l’une plastique, l’autre sémantique, jaillissent des interrogations, des ponctuations critiques, des glissements et des superpositions de sens, apportant aux œuvres une complexité rarement soupçonnable au premier abord.

Par des interventions à première vue simples, l’artiste ébranle les stéréotypes les plus solides et met à mal les lieux communs tant du regard que de la compréhension.

A travers un tel cheminement, c’est la pensée plastique qui est analysée, réfléchie, appliquée, avec le sens critique aigu.

Claude Lorent


Ouvert les mercredi, vendredi, samedi et dimanche de 14h à 18h
Exposition du 7 septembre au 14 octobre2012
<< Début < Précédent 1 2 3 4 5 6 7 Suivant > Fin >>
Page 4 sur 7
Secured by Siteground Web Hosting