Body
Vue de l'exposition: Jalon et peinture, métal et acrylique sur toile
Par delà...
Luyten Philippe
Installation
>

 

 
Vue de l'exposition: Jalon et peinture, métal et acrylique sur toile
Sans titre, bâtons et irradiation de la couleur vers le mur, bois et couleur, longueur variable
Sans titre, bâtons et couleur fluo Sans titre, bâtons et irradiation de la couleur vers le mur, bois et couleur, longueur variable
Sans titre, bâtons et irridation de la couleur vers le mur, bois, couleur et verre, longueur variable
Sans titre, bâtons et irridation de la couleur vers le mur, bois, couleur et verre, longueur variable
Vue de l'exposition

Par- delà … Philippe Luyten

Irradiations du dedans. Telle est la première sensation qui s’impose face au travail de Philippe Luyten.  S’agit-il de peintures, de peintures sculpturales, de sculptures,  de sculptures picturales, d’installations ? Il m’apparait réducteur de vouloir définir ou nommer ses pièces car elles sont à la fois un peu de tout cela et en même temps un travail en progression, en devenir (work in progress) dont le lieu, le type de lieu va sans cesse redéfinir l’attitude à prendre et la mise en espace spécifique.

L’œuvre réinvente le lieu, le refaçonne pour un temps donné. Elle n’est pas l’enveloppe de quelques choses mais l’origine. Elle ouvre le lieu de son apparition, perceptivement et physiquement.

La transmission de ce travail touche à la fois la vision (qu’est-ce qui m’est donné à voir ?) et le physique, le rapport au corporel et donc à l’espace, à la déambulation.

 Entre physique et physiologie, la couleur prend pleinement possession du lieu et du « spectateur », elle irradie et suscite chez le regardeur ce que j’aime nommer un état second de la vision ; Il devient difficile de trouver la source première de la couleur. Matière ou lumière ? Les deux simultanément, ou peut-être pas ? La présence de teintes fluorescentes, dont la particularité chimique est d’émettre autant de lumière qu’elles n’en reçoivent, renforce cette délicieuse ambiguïté.

Tangible mise en abîme de la réalité de la couleur. Successivité, simultanéité, persistance rétinienne.

La couleur balise d’une certaine manière son lieu d’exposition, elle induit des rythmes, des déplacements, proximité et éloignement, aller et retour. Elle agit comme substance organoleptique*, terme proposé pour la première fois par Michel-Eugène Chevreul (1786-1889), auteur « de la loi du contraste simultané des couleurs ». Bernard Gilbert , mars 2011

* Organoleptique : une substance organoleptique est une substance capable d’affecter un récepteur sensoriel. Il s’agit du caractère, d’un critère d’un « produit » pouvant être apprécié par les sens humains ( toucher, vue, ouïe, odorat, goût).

Philippe Luyten nous montre  de la peinture ; serait-ce plutôt de la sculpture ?… En réalité il s’agit peut-être de son, voire d’acoustique : ce phénomène qui produit, propulse et gère les ondes, nous désignant les limites de l’espace par le jeu des échos et des écrans qui réverbèrent,  créant ainsi le lieu.

Philippe Luyten fait des portes et des fenêtres. Le tout s’ouvrant et révélant l’au-delà des murs.  D’autres espaces entre de nouveaux murs avec en abîme de nouvelles portes et fenêtres… Le plasticien installe un minimum de signes , modifiant la perception du lieu par la confrontation des objets, synthèses de la mythique dualité: nature-culture. «  Ecoute le lieu te parler de toi. Au-delà du mur est le mur, celui dont tu es issu,  celui que tu tisses chaque jour, celui qui n’appartient qu’à toi. »  Stéphan Gilles,  2007.