Body
Vanessa Gandar, François Génotypes
La langue rhône
François Génot
Vanessa Gandar
>

La langue rhône

Vanessa Gandar, François Génotypes
°
°
°

Une exposition de Vanessa Gandar & François Génot 

Cette exposition prend sa source aux confins du Rhône où Vanessa Gandar et François Génot ont mené des recherches de terrain. A partir d'expériences, de relevés et d'inventaires les artistes croisent leurs regards sensibles sur les conséquences des mutations élémentaires à l'oeuvre depuis les glaciers jusqu'au interstices de la vallée.

 

 

Les artistes français Vanessa Gandar (°1982) et François Génot (°1981) fondent leur travail artistique sur l’exploration de terrain. Ils s’intéressent à la nature comprise comme un tout, faite d’interactions entre tous les éléments qui la composent : végétaux, minéraux, animaux, humains, phénomènes naturels, etc. Par leurs oeuvres, les artistes révèlent l’existence de ces interactions, de ces langages particuliers du vivant qui tracent dans le paysage des histoires dissimulées. Ils nous les donnent à voir de manière sensible et proposent, à travers leur regard singulier, une nouvelle compréhension des milieux qui nous entourent. 

À l’occasion de leur première exposition en duo à L’Orangerie, Vanessa Gandar et François Génot réunissent les résultats de leurs recherches respectives réalisées lors de leur résidence artistique à la Ferme-Asile* (Sion, Suisse) et situées dans les paysages de la vallée du Rhône. 

Au gré de ses expéditions dans le Val d’Hérens, Vanessa Gandar a photographié les indices de présences et de mouvements qui ont lieu sur les flancs des montagnes : traces de passages d’animaux, de chutes de pierres, de présences végétales, mais aussi d’interventions humaines comme le placement des géotextiles dont l’objectif est de protéger la montagne, mais causent, paradoxalement, des dégradations. Les récits se croisent, s’additionnent, se confrontent et créent une autre histoire de la vallée du Rhône. 

Les fusains de François Génot, déclinés sous différentes formes, allant du dessin monochrome à l’installation sonore, font l’état de la végétation d’un lieu et d’un instant donné. Cet inventaire carbone matérialisé des essences végétales présentes dans des lieux indéterminés de la vallée du Rhône forme la mémoire du lieu. Ces friches portent des histoires de résistance de cette vie végétale qui se réapproprie les espaces rythmés par les aménagements humains. 

En suivant le cours du fleuve Rhône, depuis le sommet des montagnes jusqu’au creux de la vallée, les artistes révèlent les histoires sous-jacentes des mouvements et des transformations de ces paysages. “La langue rhône “ est autant cette langue glaciaire qui se déverse et se retire, que la genèse et la dégradation d’une biodiversité spontanée et précaire. C’est ainsi que le Rhône devient verbe, une langue singulière, la source de récits sensibles, une ode à la prolifération du vivant. 

Par leur attachement aux récits de notre environnement, qu’ils transmettent au moyen de leur art, Vanessa Gandar et François Génot invitent le spectateur à la contemplation et à la réflexion au sujet de notre place dans cet écosystème. 

 

Abigaëlle Grommerch 

 

* Vanessa Gandar et François Génot ont bénéficié de la Résidence Internationale du Centre artistique et culturel Ferme-Asile à Sion en Suisse, respectivement en 2022 et 2023 : https://ferme-asile.ch/la-ferme-asile/.