Body
Kinderszene1
DUO
Jusseret Zoé
Dessin
Jusseret Lionel
Photographie
>

 

 
Kinderszene1
Kinderszene2
Kinderszene3
Kinderszene4
Kinderszene5
Cheval
Dragon
Saute
Tiens petite
La noyée

Après une enfance et une adolescence passées dans la région de Bastogne, ils mènent chacun, à 8 000 kms de distance, une carrière artistique. Nous leur avons proposé de revenir en terre ardennaise dans le cadre de l’Orangerie et de rencontrer leur envie de mener un projet d’exposition en commun. Tous deux, dans leur pratique artistique, explorent les difficultés à être soi, à trouver sa place dans la société, à être au monde.

Zoé Jusseret a vu le jour en Lorraine belge en 1987. Elle dessine depuis son plus jeune âge. Après des cours à l’académie des Beaux-Arts de Marche-en-Famenne et à la fin de ses humanités – équivalent du bac – elle s’inscrit, un peu par hasard, à l’institut Saint-Luc à Bruxelles. Elle y découvre le monotype, technique qu’elle affectionne particulièrement. Elle vit actuellement à Vancouver.Son univers est à la fois sombre et délicat. Si ses histoires teintées d’angoisse échappent à la réalité stricte, elles évoquent assurément la difficulté à être au monde… Les premières traces visibles de son travail sont à découvrir sur le site Grandpapier.org ou dans des collectifs de micro-édition tels que Tomoko. En 2016, parait son premier livre Qui mange des couteaux chez FRMK. Depuis, elle s’est installée au Canada, où elle dessine toujours avec beaucoup de plaisir, mais pas franchement assidûment, comme elle l’a toujours fait en réalité! Un nouveau projet de livre est en cours et arrivera dans un temps pas trop lointain.

Lionel Jusseret est né en Belgique en 1989. Tout en finissant ses études de cinéma à l’INSAS en2012, il commence à photographier les enfants autistes après deux ans passés parmi eux comme animateur socioculturel à l’association J’interviendrais. Inspirée par les recherches du penseur et éducateur Fernand Deligny sur la dé-psychiatrisation, l’association française J’interviendrais, fondée en 1973 par René Demichelis, offre aux enfants avec autisme profond de vivre le temps de leurs vacances en collectivité dans différentes maisons de campagne. «Hors des murs des institutions, nous marchons en pleine nature et sortons des sentiers battus pour traverser des torrents sauvages ou faire des dessins à la craie sur les murs des maisons abandonnées. Pour eux, une rupture. Pour nous, un voyage.»