Body
Sans titre, mixed médias
... rendez les secrets productifs
Neuberg Eric
Multimedias
>

 

 
Sans titre, mixed médias
Vue de l'exposition
Vue de l'exposition
Vue de l'exposition
Vue de l'exposition
Vue de l'exposition
Sans titre, mixed médias

Eric Neuberg °1965

Il n'y a pas de doute que l'on puisse encore peindre aujourd'hui. Et redécouvrir un territoire mille fois exploré avec un regard neuf.  Inlassablement, Eric Neuberg peint.  Il interroge en cascade les supports : peinture sur toile, et toile sur toile, collages et décollages divers… Il analyse le quadrilatère de toile en termes de poids et de densité, de tensions entres lignes et formes, entre volumes et tons, dosant ses effets avec tout à la fois la méticulosité d'un Paul Klee et une apparente désinvolture qui n'est heureusement qu'un artifice… Georges Fontaine

 

Eric Neuberg Liège, le 17 juin 2005, peut-être aux alentours de minuit ou plus tard, temps inconnu.

Eric, à ton avis, la peinture, aujourd'hui, peut-elle encore être l'expression d'une révolution?

Oui, parce que chaque geste est un acte de liberté envers la Société et envers soi-même. II est vrai que peindre est un acte solitaire, qui peut se passer de la société, sauf quand on arrive au stade du partage avec les spectateurs. On ne peut peindre pour soi-même. Le plaisir est dans le partage, en dépit des doutes, des insultes, de la solitude inhérente au travail de création.

Est-ce que l'évolution sociale et artistique actuelle influence ta manière de peindre?

Non, parce que je ne crois pas en l'évolution, que ce soit dans la Société ou en peinture. Je crois au changement. L'erreur depuis le dix-neuvième siècle a été de croire en une théorie de l'évolution et au progrès continu. Alors que tout n’est qu'accident, comme disait Nicolas de Staël. Une toile se construit de hasard en hasard. C'est une démarche qui s'est développée après la deuxième guerre mondiale aux U.S.A., et en France avec des peintres comme Soulages.

En dehors de toute considération d'esthétique et d'histoire de l'art, qu'est-ce qui fait qu'on peut aimer aujourd'hui encore l'abstraction tardive de Twombly, Tapies ou encore les dessins de Beuys, que tu affectionnes particulièrement?

Parce qu'ils pratiquent une forme de pauvreté, qui n'appartient pas aux modes. Chez eux, le rien peut devenir l'expression du tout. Un morceau de rouille ou un tapis abimé au-dessus d'un interrupteur, l'email écaillé dune pissotière peuvent devenir un chef-d'œuvre sous l'effet de leur génie créateur.

De quelle manière ces artistes ont-ils influencé ton travail? Qu’est-ce qui est important pour toi?

D'abord on ne peut pas se passer de références, de repères tant dans le travail que dans la vie. Aujourd'hui, tant la Révolution que l'Innovation (avec des majuscules) ne sont plus guère possibles. II y a autant d'innovations sur terre que d'êtres humains. Chaque homme est un artiste, disait encore Beuys. La difficulté c'est de retrousser ses manches et de s'y mettre. Ce qui est important c'est de peindre, c'est tout. Même ce qui est brut, incomplet, insignifiant peut trouver sa place, s'il est en accord avec son contexte. Pour ma part, je cherche la force qui est dans l'absence ou dans la discrétion. C'est devenu trop facile aujourd'hui de provoquer les gens avec la violence, le sexe, la brutalité de l'actualité ou de l'anecdote. Les gens doivent venir à la peinture et la peinture ne doit pas s'imposer à eux.

Dans ces conditions, quelle fonction assignes-tu à ta peinture?

Je veux que les gens s'y sentent bien, sans devoir réfléchir à aucun message d'aucune sorte. Si je veux donner un contenu particulier à une œuvre, alors j'utiliserai les mots, la poésie, l'écriture. Dans mes toiles, je privilégie, sans calcul, l'émotion pure, qui peut être aussi violente comme la vie et la mort, l'éternité. S'il y a un rapport à la nature dans mon travail, il est de cet ordre: la toile n’est qu'un objet, mais un objet qui nous surpasse et restera bien après nous, comme la nature. Dans ces conditions, la peinture n’est plus un luxe mais une nécessité vitale.

Propos recueillis par Georges Fontaine