Body
11 septembre 2001, New-York, États-Unis, 2001©Steve McCurry/Magnum Photos
Un siècle de conflits pour un monde meilleur... Par le prisme des photojournalistes de l’Agence Magnum dans la collection Lhoist
Capa Robert
Photographie
McCurry Steve
Photographie
FRANKLIN Stuart
Photographie
BARBEY Bruno
Photographie
>

 

 
11 septembre 2001, New-York, États-Unis, 2001©Steve McCurry/Magnum Photos
Un soldat américain et un prisonnier de guerre allemand durant la bataille des Ardennes, près de Bastogne, Belgique, décembre 1944. ©Robert Capa @International Center of Photography/Magnum Photos
Place Tienanmen, Pékin, Chine, 1989 ©Stuart Franklin/Magnum Photos
1ère guerre du Golfe, Koweït, 1991 ©Bruno Barbey/Magnum Photos

Abbas, Dmitri Baltermants, Micha Bar Am, Bruno Barbey, Ian Berry, Rene Burri, Robert Capa, Bruce Davidson, Raymond Depardon, Stuart Franklin, Leonard Freed, Burt Glinn, Philip Jones Griffiths, Josef Koudelka, Steve McCurry, Susan Meiselas, Paolo Pellegrin, Gilles Peress, Marc Riboud, George Rodger, David Seymour, Ferdinando Scianna, Chris Steele-Perkins, Larry Towell, Donovan Wylie, Patrick Zachmann

De la guerre d’Espagne au 11 septembre 2001, en passant par le Vietnam, la crise de Cuba, les affrontements au Moyen-Orient, Mai 68, le génocide rwandais, l’Afghanistan et bien d’autres guerres civiles, ce sont tous le grands conflits du XXe

siècle qui défilent sous nos yeux. On ne manquera pas de prendre en considération la question du racisme qui aura également traversé ce siècle, avec des révoltes suivies de prises de conscience, que certains jugeront trop tardives, en Afrique du Sud et aux États-Unis; elles sont toujours en cours, comme l’actualité ne cesse de nous le rappeler.

L’histoire de l’humanité ne s’arrête pas aux chiffres ronds des décennies ou des siècles, et les conséquences de bon nombre desluttes évoquées ici continuent à avoir des effets aujourd’hui. Laphotographie nous permet de contextualiser les événements par lebiais de l’image, de les figer dans le temps pour mieux les enregistrerdans notre mémoire et nourrir celle-ci.

Toutes ces images ont été captées par le regard des photographes de l’agence Magnum, toujours en prise directe avec le terrain. Leurs clichés ont contribué à élaborer une partie de l’identité du XXe siècle, passant de l’actualité immédiate d’images prises sur le vif au façonnage d’une histoire visuelle du siècle dernier. Les photographes de Magnum ont bien entendu traité une multitude d’autres sujets, la plupart du temps plus apaisés, que les conflits. Cependant ceux-ci constituent souvent des charnières tant dans l’histoire de l’humanité - on pense ici au problème du racisme - que dans celle de pays qui nous sont géographiquement ou culturellement plus proches comme l’Irlande du Nord ou l’ex-Yougoslavie, d’une part, ou New York, d’autre part, qui commémorera dans quelques semaines - déjà –  le vingtième anniversaire du 11 septembre.

Un accent particulier est porté sur l’oeuvre de Robert Capa (1913- 1954). Ce dernier, pendant la Seconde Guerre mondiale, fut le correspand du magazine Life . À ce titre, il couvrit le Débarquement en Normandie, puis toute la campagne américaine en Europe, dont la Bataille des Ardennes au cours de l’hiver 1944-1945; certaines de ses images sont exposées à L’Orangerie et au Bastogne War Museum, partenaire de cette manifestation. En 1947, Capa fut un des cofondateurs de l’agence Magnum.

Bernard Marcelis, commissaire de l’exposition

From Spanish Civil War to September 11 attacks, including Vietnam War, Cuban missile crisis, Middle East confrontations, May 1968, Rwandan genocide, Afghanistan and many more civil wars… here are all of the major 20th-century conflicts displayed right before our eyes.

Obviously, racism also needs to be intrinsically linked to these conflicts, as it remained a constant issue through this century. All these pictures have been taken thanks to the sharp look of photographers working for Magnum Photos, who were always at the heart of the action. Their photographs partly contributed to the creation of the 20th-century identity, by depicting current events straight away but also by building a visual history of the last century.

Particular emphasis is placed on Robert Capa’s work (1913-1954).

He was correspondent for Life magazine, during the Second World War. On this account, he covered the Normandy landings, followed by the American campaign in Europe, including the Battle of the Bulge in the winter of 44-45; some of his photographs are shown 1ère guerre du Golfe, Koweït, 1991 ©Bruno Barbey/Magnum Photos in L’Orangerie and in Bastogne War Museum, which is partner of

this event. In 1947, Capa was one of the cofounders of Magnum Photos. Bernard Marcelis, curator

NL Van Spaanse Burgeroorlog tot de aanslagen van 11 september 2001, of nog Vietnamoorlog, Cubacrisis, confrontaties in het Midden-Oosten, Mei ’68, Rwandese genocide, strijden in Afghanistan en nog meer burgeroorlogen… al de grootste conflicten van de twintigste eeuw laten zich hier aanzien.

Racisme moet blijkbaar ook met die conflicten verbonden worden, want het bleef een voortdurend vraagpunt tijdens deze eeuw. Al die foto’s waren gemaakt dankzij de scherpe blik van fotografen die voor Magnum Photos werkten en die echte veldwerkers waren. Hun foto’s speelden deels een grote rol in de vorming van de identiteit van de twintigste eeuw. Ze hebben namelijk gebeurtenissen onmiddellijk afgebeeld maar ook een visuele geschiedenis van de laatste eeuw opgebouwd.

De nadruk wordt op het werk van Robert Capa (1913-1954) gelegd. Hij was correspondent voor het tijdschrift Life, tijdens de Tweede Wereldoorlog. In dat opzicht versloeg hij de Slag in Normandië, gevolgd door de Amerikaanse veldtocht in Europa, waaronder de Slag om de Ardennen in de winter van 44-45; sommigen van zijn foto’s worden vertoond in L’Orangerie en in Bastogne War Museum, partner van dit evenement. In 1947 was Capa éen van de medeoprichters van Magnum Photos. Bernard Marcelis, curator

La Collection du Groupe Lhoist

Le Groupe Lhoist est une entreprise familiale spécialisée dans la production de chaux, de chaux dolomitique et autres minéraux. Des opportunités permettent son expansion internationale et l’amènent, en 1989, à construire son siège social à Limelette, au sud de Bruxelles. La collection d’art contemporain du Groupe Lhoist est initiée en 1990, au moment de l’achèvement de la construction du siège social, édifice de conception moderne intégré dans la nature.

L’acquisition d’un ensemble de photographies, destinées à combler les murs blancs, invitent les membres du personnel à adopter très rapidement l’idée d’intégration de l’art dans les espaces professionnels. En effet le médium photographique est abordable; il parle au plus grand nombre et est très largement pratiqué. A cet ensemble de photographies documentaires et conceptuelles s’ajoutent bientôt les autres médiums tels que la sculpture, la peinture, le dessin et la vidéo. Mais ce qui fera la qualité et la spécificité de la collection Lhoist, c’est la commande artistique principalement organisée autour de la photographie et la sculpture.

Pour une entreprise d’envergure internationale, le brassage culturel devient un atout important et permet plus d’ouverture sur le monde. L’art en entreprise apporte une meilleure communication interne et un souffle nouveau. Il entre en résonance avec l’engagement en portant les valeurs de l’entreprise. Enfin, l’art influence l’esprit de créativité et d’innovation, moteur indispensable au progrès.

Pour une meilleure compréhension du monde et pour expliquer l’histoire du XXe et du début du XXIe siècles aux jeunes générations, le Groupe Lhoist, dans le cadre de sa politique culturelle qui vise à soutenir l’éducation et la formation, a fait l’acquisition de 500 tirages de collection de 45 photographes de Magnum, agence prestigieuse de photographies documentaires fondée en 1947 par Henri Cartier-Bresson, Robert Capa, George Rodger et David Seymour.

Aujourd’hui Magnum représente un nombre important de grands photographes tous convaincus de la pertinence des images documentaires pour informer sur l’actualité; ils sont à la fois artistes, journalistes et aventuriers, parcourant le monde afin de saisir des instants forts de l’histoire, liés aux conflits, aux bouleversements, aux destins de personnalités marquantes... tout en soulignant les diversités et les particularités culturelles.

L’espace de l’Orangerie permettra, au travers de l’exposition Un siècle de conflits pour un monde meilleur... , de parler de certaines pages sombres, voire très sombres de notre histoire pour que jamais nous n’oubliions.

Pascale van Zuylen, Curator Lhoist Art Collection

____________________________________________________________________________________________

 

De toute évidence, une place de choix, dans la rotonde, est accordée à Robert Capa pour son regard sur la bataille des Ardennes. En outre, une série de photographies de 1940 à 1945 sont exposées au Bastogne War Museum. Elles traitent aussi bien de l’Angleterre que de la Russie, des fronts que des villes et des civils que du procès de Nuremberg.

La ligne directrice de l’exposition se situe autour du conflit et des grands événements historiques des siècles passé et actuel, au-delà d’une mise en valeur particulière de photographes de Magnum. L’historien Bernard Marcelis propose un panorama sélectif des conflits internationaux comme étant interconnectés dans l’espace et dans le temps. Ces événements exposés permettent d’établir des relations avec les enjeux propres à notre société actuelle. Au travers de la collection Lhoist, le commissaire revisite l’histoire non plus comme une suite linéaire et chronologique, mais selon une logique géographique. Ces nouvelles juxtapositions permettent de développer une nouvelle compréhension, grâce à de nouveaux liens visuels et intellectuels. L’histoire du XXesiècle est ici observée comme un réseau d’éléments dans un contexte global. L’historien nous propose un regard sur le conflit au sens plus universel et tout simplement humain, comme un événement nécessaire pour un mieux. Le titre paradoxal, mais certes d’apparence positive, s’achève sur des points de suspension. L’interrogation critique est contournée, à un signe près. Cette mise en suspension plus subtile permet naturellement à chacun de l’interpréter comme il l’entend.

Hélène Jacques